Comment dissoudre une SCI familiale ?

La SCI familiale est un acte juridique. La dissoudre nécessite donc certaines formalités administratives. De ce fait, voici comment opérer la dissolution d’une SCI familiale.

Les conditions de dissolution d’une SCI familiale

Vous pouvez éteindre une SCI familiale selon ces motifs :

  • lorsque le temps d’activité de la société est arrivé à son terme ;
  • après une fraude ;
  • pour réalisation ou extinction de l’objet social ;
  • par décision conjointe des concernés ;
  • après une décision de justice ;
  • selon les clauses contenues dans le statut.

Vous pouvez également procéder à la dissolution en cas de problèmes économiques.

Faire les démarches nécessaires

La dissolution proprement dite débute par un procès-verbal signé par les associés durant une AGE. Les associés se mettent d’accord sur les raisons de la dissolution. Ensuite, il faudra :

  • enregistrer le procès-verbal ;
  • faire paraître une annonce ;
  • que le liquidateur effectue le dépôt des dossiers auprès du tribunal compétent.

Il faudra également prendre en compte les coûts d’une telle procédure.

Passer à la liquidation

À cette étape, le liquidateur doit faire un inventaire des biens et actifs. Le bilan de clôture est approuvé par les associés. Un avis de clôture est ensuite publié. Ce n’est qu’après cela, que le tribunal de commerce émet une décision de radiation. Enfin, le liquidateur se charge de faire le partage des actifs entre les associés.

Qu’est-ce qu’une SCI familiale ?

La société civile immobilière familiale est une SCI créée entre des membres d’une famille (parents, enfants…).
La SCI est un moyen pour faciliter la transmission d’un patrimoine familial et permettre aux membres d’une famille de s’associer dans un cadre légal. Elle permet également à ses membres de profiter des avantages fiscaux liés aux investissements immobiliers.
La SCI familiale présente plusieurs intérêts :

  • La constitution d’un patrimoine immobilier.
  • La gestion du patrimoine.
  • La transmission du patrimoine.
  • L’optimisation fiscale.

Le choix de la structure de la SCI est libre. Il n’existe pas un modèle unique, mais plusieurs formes de SCI :

  • La SCI familiale à capital fixe.
  • La SCI familiale à capital variable.
  • La SCI familiale à capital variable avec un associé unique.
  • La SCI familiale à capital variable sans associés.

La SCI familiale avec des apports en industrie (biens immatériels tels que l’expertise, l’étude de marché ou le savoir-faire).
Le choix de la SCI familiale est important car il détermine les modalités d’acquisition et de transmission du patrimoine. Il est possible de constituer une SCI avec un capital variable ou fixe, avec des associés ou non, sans limite d’âge, etc.