Combien gagne un ferrailleur ?

Le ferrailleur est un professionnel chargé de construire la structure métallique d’un bâtiment. Parfois, il récupère des métaux ferreux et non ferreux pour les revendre par la suite. Quel est le salaire d’un ferrailleur en France ? Focus !

Le salaire brut d’un ferrailleur en France

En début de carrière, un ferrailleur professionnel peut gagner 1 400 euros par mois. En fin de carrière, ce salaire peut grimper et atteindre jusqu’à 8 000 euros. La rémunération dépendra de ses expériences acquises au fil des années, de son expertise et de l’entreprise qui l’emploie.

Il n’y a pas à proprement parler de diplôme requis pour exercer le métier de ferrailleur. Il est par ailleurs recommandé de suivre une formation en métallurgie. En fonction de ses qualifications, la rémunération du ferrailleur peut aussi être importante.

Le taux horaire du ferrailleur en France

Le taux horaire d’un ferrailleur dépend de plusieurs paramètres. Il s’agit principalement de l’importance des travaux à réaliser. Si l’artisan doit se déplacer vers vous, la proximité de votre maison est également un facteur qui influera sur le taux horaire. Quoi qu’il en soit, le taux horaire moyen d’un ferrailleur en France est situé entre 13 et 23 euros. Celui-ci peut atteindre 40 euros en fonction de l’expertise de l’artisan.

C’est quoi un ferrailleur ?

Les ferrailleurs ont un statut particulier en France, ils sont considérés comme des professionnels de la récupération. Ils peuvent donc être soumis au code du commerce et à une fiscalité particulière (TVA réduite, impôt sur les sociétés).
La profession est très réglementée. En effet, la loi exige que le ferrailleur possède une autorisation préfectorale pour exercer et qu’il ait une assurance professionnelle. Il est soumis à la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) pour les déchets dangereux et au règlement sanitaire départemental pour le traitement des déchets.
Les métaux ferreux sont les plus faciles à récupérer, mais ils doivent être triés et séparés des autres déchets. Le métal est ensuite vendu aux aciéries ou aux fonderies qui le refondent en produits neufs (tôles ou billettes).
Le cuivre et l’aluminium sont les métaux qui peuvent le mieux être recyclés, car ils sont facilement séparables. Il faut néanmoins veiller au tri des autres métaux. Les déchets métalliques peuvent également être recyclés en produits neufs (bouteilles, canettes).
La récupération du fer et de la fonte est plus compliquée. Ils doivent être fondus et refondus pour en extraire de nouveau du fer.
Pour les autres métaux comme l’inox, le laiton, l’étain, l’acier , le plomb et l’aluminium, ils doivent subir une transformation en produits neufs avant d’être recyclés.
Le recyclage des déchets métalliques est donc un enjeu environnemental majeur. En plus d’être une obligation légale, il permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Le recyclage des déchets métalliques présente également un enjeu économique important : les métaux recyclés ont une valeur marchande supérieure aux métaux vierges, ce qui permet d’augmenter l’offre et de faire baisser les prix.